Matériel

Comment choisir son isolant ?

28 juin 2019
comment-choisir-son-isolant-?

L’isolation est primordiale lorsqu’il s’agit de confort, mais aussi d’économie d’énergie. Il existe de nombreux types d’isolants, chacun ayant ses caractéristiques et son aptitude à l’emploi. Votre choix doit prendre en compte certains points : les normes à respecter, une isolation thermique par l’intérieur ou l’extérieur, à neuf ou pour une rénovation.

Les types d’isolants thermiques

Chaque type d’isolant permet de répondre à des besoins spécifiques comme le fait d’isoler un mur, un plafond ou un sol. Les variétés d’isolants se différencient également sur la qualité d’isolation, les matériaux, de prix, de performance, … Le conditionnement peut se présenter en panneau, en vrac, en rouleau, en mousse expansive, etc.

Voici donc les 5 principaux matériaux isolants :

Isolant minéral

Il regroupe les familles de la laine de verre, le verre cellulaire et la laine de roche. Il offre une bonne isolation thermique et apporte un plus : l’isolation acoustique.

Isolant synthétique

Sous forme de plastique alvéolaire, l’isolant synthétique est d’origine organique. Il regroupe les familles de polystyrène expansé, polystyrène extrudé, polyuréthane, polyisocyanurate et phénoliques.

Isolant intégré

Comme son nom l’indique, il est déjà intégré dans les blocs de béton, il s’applique directement en construction ou rénovation.

Isolant naturel

Il est fait de fibres animales (laine de mouton ou laine de plumes de canards), ou de fibres végétales (chanvre, laine de bois, ouate de cellulose).

Isolant mince

À base de feuilles d’aluminium ou de films plastiques aluminisés, il n’est pas très prisé à cause de son prix et de sa performance.

Les normes à suivre

La performance d’un isolant se mesure par la résistance thermique (exprimée par R+ indice). Plus elle est élevée, plus l’isolant est performant.

Pour votre isolation à neuf, et afin de répondre aux exigences de la RT 2012 BBC, vous devez opter pour des valeurs minimales de résistance thermiques suivantes :

  • R = 8m2.K/W, idéale pour la toiture
  • R = 4m2.K/W, idéale pour les murs en façade, en pignon et planchers bas.

Et pour une isolation en rénovation, choisissez des valeurs qui vous feront bénéficier du Crédit d’impôt et du Certificat d’Économie d’Énergie :

  • R 3m² K/W, faite pour planchers bas sur sous-sol et passages ouverts
  • R 3.7m² K/W, faite pour les murs
  • R 4.5 M2 K/W, faite pour toitures et terrasses
  • R 6m² K/W, faite pour rampants de toiture et plafonds de combles
  • R7m² K/W, faite pour planchers de combles perdus.

Outre la résistance thermique, pensez à vérifier la conductivité thermique (exprimée par lambda λ) de l’isolant. Plus elle est faible, plus l’isolant est efficace.

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) ou par l’intérieur (ITI) ?

En neuf ou en rénovation, une isolation s’applique soit à l’intérieur soit à l’extérieur pour tous les supports. Pour faire une économie d’espace intérieure et pour réduire les ponts thermiques, optez pour une ITE. En extérieur les matériaux utilisés sont : la laine de verre, les plaques de polystyrène extrudé, fibres de bois, isolants minces, etc.

Moins coûteuse qu’une ITE, l’ITI ne se conforme pas à la norme RT 2012, elle réduit le volume intérieur et ne corrige pas assez les ponts thermiques.

Vous pourriez aimer

Remarques

Laisser un commentaire